Concentration

De OmraamWiki
Aller à : navigation, rechercher
«Vous avez déjà constaté dans votre vie que si dans son travail on n'est pas concentré, on ne peut en attendre un grand succès. Si les acrobates ou les jongleurs, dans les cirques, ne sont pas concentrés sur leurs moindres gestes, combien de fois seront-ils victimes d'accidents? Tout travail réclame de nous une certaine concentration. Si nous ne savons pas très bien sur quel objet, sur quel problème, ni de quelle manière nous concentrer, nous pouvons nous fourvoyer dans de graves évènements ou même perdre notre équilibre»[1]

Remarques introductives

La concentration appartient à la sphère de la volonté, et elle est la base de toutes les pratiques méditatives, et aussi l'élément fondamental qui nous permet d'effectuer n'importe quelle action, même si la plupart de nos mouvements sont exécutés mécaniquement. Par exemple, pour déplacer une tasse, il y a d'abord une concentration de la pensée sur le geste à accomplir et, seulement plus tard, l'énergie est portée dans le bras et la main, de sorte que l'action peut être concrètement accomplie; ce déplacement d'énergie est déjà, en soi, une forme de concentration: lorsque nous sommes détendus, l'énergie est uniformément répartie dans tout le corps, alors que lorsque nous agissons, l'énergie est concentrée dans la partie qui doit effectuer l'action, de même lorsque nous étudions, l'énergie est concentrée dans le cerveau.

«La concentration est une manifestation de la volonté. Elle peut s'exercer dans toutes les circonstances de l'existence. Lorsque vous écoutez de la musique ou une conférence, vous concentrez votre attention sur votre ouïe. Quand vous lisez, vous la concentrez sur la vue. Si vous courez, vous concentrez toutes vos forces dans vos jambes. Si vous sautez, si vous lancez un objet, vous concentrez votre attention dans un membre déterminé. Suivant le geste que vous allez faire, vous concentrez vos forces dans telle ou telle partie du corps. Ce sont des exemples qui vous permettent de vous faire une idée plus simple et plus juste de ce qu'est la concentration. Toute la nature travaille à l'aide de la concentration: concentration des énergies, des sucs, des matériaux, des rayons, des ondes etc. On peut représenter la concentration par un ensemble de flèches dirigées vers un seul centre. La concentration accumule forces ou matériaux en un point, un centre. Partout, la nature se sert de la concentration pour créer; voyez, par exemple, comment elle forme des nuages. Ensuite vient la dispersion des éléments qu'elle a concentrés. Lorsque les atomes et les molécules se concentrent, quelque chose apparaît, qui disparaît lorsque ces mêmes atomes se dispersent. La concentration est une réalisation, une manifestation dans le plan physique, une apparition de quelque chose dans la nature. La dispersion, c'est un démontage, pareil à celui que l'on pratique dans les usines quand on démonte une machine; c'est une dislocation. C'est ainsi que se passent les phénomènes dans la nature, dans notre corps, dans les êtres vivants. La concentration est une accumulation, dans un certain espace, de matériaux destinés à former, à cristalliser quelque chose. C'est pourquoi nous devons nous concentrer si nous voulons réussir à réaliser quelques idées dans la vie.»[2]

La concentration peut donc être mécanique ou volontaire, et il est incontestable que les gestes qu'une personne accomplit normalement sont pour la plupart mécaniques, c'est-à-dire sans contrôle complet et conscient, ils sont des automatismes, alors que la concentration évoquée par Omraam Mikhaël Aïvanhov, c'est un acte de conscience, c'est la capacité de maîtriser les gestes, les actions et tous les mouvements intérieurs, tels que les sentiments et les pensées.

La capacité à se concentrer longtemps sur un sujet donné, sans distractions et sans dispersion, est considérée comme la base de l'accès à des états méditatifs plus complexes et profonds. Apprendre à se concentrer signifie aussi apprendre à maîtriser ses émotions et ses pensées, être capable de se contrôler dans toutes les situations et être conscient de tous ses mouvements intérieurs. À cet égard, Omraam Mikhaël Aïvanhov observe:

«Mais n’oubliez pas ceci : que l’on veuille méditer, contempler ou créer, la concentration est nécessaire, elle n’appartient pas à une faculté déterminée, mais elle consiste dans le fait qu’on engage ses forces dans un but précis et qu’on tâche de les maintenir orientées sans arrêt dans cette direction. La méditation, la prière, la contemplation, l’identification supposent que l’on soit capable de se concentrer. La concentration est indispensable pour que le travail soit efficace ; un homme qui laisse son esprit se disperser ne réalisera rien dans sa vie. On ne peut pas devenir un créateur de son avenir tant qu’on est faible, dispersé, disloqué.»[3]

La concentration peut être réalisée de différentes manières, et parmi les méthodes les plus efficaces, nous trouvons le mouvement du corps conscient, la respiration consciente et la concentration de la pensée sur un sujet. Sur ce dernier point, Aïvanhov explique:

«Il ne faut pas se hâter de se concentrer. Il faut d'abord jeter un regard en soi et observer comment on est. Après quoi, doucement, lentement, il faut amener dans la pensée la question sur laquelle on veut se concentrer. Puis, avec attention, augmenter lentement la concentration. Après une dizaine de minutes de ce travail, la pensée écoute bien, elle obéit. [...] La concentration étant relative à un phénomène purement mécanique, on peut obtenir de bons ou de mauvais résultats. Se concentrer ne veut pas dire grand chose. Toute la question est de savoir le faire pour obtenir de bons résultats. Pourquoi certains se concentrent-ils sans succès? Parce qu'ils ne concentrent leur pensée que volontairement, physiquement. Penser ne suffit pas. Si vous avez une pensée et que vous insistez sur elle par la volonté, elle n'obéit pas parce que rien en elle ne vous attire. Vous pensez à cette chose comme si elle était désagréable. La volonté ne suffit pas. Si vous ne pensez pas avec AMOUR à la pensée choisie, la concentration ne produit rien.»[4]

On entre donc dans un état de concentration d'une manière délicate et douce, sans forcer l'esprit, sans écouter soi-même, sans jugement ni évaluation, sans attendre des résultats immédiats; ces exercices portent leurs fruits s'ils sont constants: la pratique quotidienne est essentielle.

« Alors travaillons sur la concentration chaque jour et, avec cette arme puissante, nous vaincrons toutes les difficultés, les ennuis, les ennemis intérieurs et extérieurs. Quand on se concentrera sur une idée ou sur une vertu, ou sur une entité ou sur quelque image positive et magnifique, cela désagrégera tout le négatif en nous.Mais si on le fait d'une façon désordonnée, dispersée, on n'arrivera à aucun résultat, même après des années et des années. De nombreux frères et soeurs me disent qu'ils éprouvent de grandes difficultés à se concentrer. C'est peut-être la chose la plus difficile, et c'est l'arme que le monde inférieur craint le plus; devant celui qui a développé la puissance de la concentration, les esprits ont peur; rien ne résiste au disciple qui, devenu puissant et fort dans la concentration, peut projeter toute sa force sur ses assaillants, obligés de capituler et de disparaître.».[5]

Bibliographie

Œuvres et/ou conférences d'O. M. Aïvanhov sur le sujet traité

Livres ou articles sur le sujet traité, en relation avec l'Enseignement d'Omraam Mikhaël Aïvanhov

  • Centre d'Études international Omraam Mikhaël Aïvanhov (2016), La Meditazione nell’Insegnamento di Omraam Mikhaël Aïvanhov, dans "Misli", p. 128 et suivantes.

Multimédias (images, vidéos et audios)

Extraits de conférences (audio et/ou vidéo) d'Omraam Mikhaël Aïvanhov)

Conférences d'Omraam Mikhaël Aïvanhov publiées (audio et/ou vidéo)

Notes

  1. Aïvanhov, O. M., Conférence inédite du 1er mai 1941.
  2. Aïvanhov, O. M., Conférence inédite du 1er mai 1941.
  3. Aïvanhov, O. M., La nouvelle religion: solaire et universelle II, Prosveta, 2009, p. 144.
  4. Aïvanhov, O. M., Conférence inédite du 1er mai 1941.
  5. Aïvanhov, O. M., Conférence inédite du 3 avril 1945.

Articles connexes

Liens externes


Avis au lecteur : la rédaction de cet article, provisoire et non limitatif, est seulement un point de départ, puisque le sujet a été examiné plus en détail par Omraam Mikhaël Aïvanhov dans ses diverses conférences données entre 1938 et 1985. En lisant ou en écoutant directement ces conférences, publiées par les éditions Prosveta, propriétaire exclusif des droits de son travail, le chercheur y trouvera encore d’autres aspects intéressants et importants. Par conséquent, cet article n’exprime pas de manière complète et exhaustive la pensée d'Aïvanhov sur ce sujet.


OmraamWiki est un projet international réalisé avec la contribution des fonds de recherche scientifique de l'Université pour les étrangers de Pérouse (Département des Sciences Humaines et Sociales)