Chant Éther Bleu

De OmraamWiki
Aller à : navigation, rechercher
« Lorsque l’âme quitte le corps pendant le sommeil, elle ne reste pas inactive : elle voyage, elle contemple l’immensité, elle communie avec les esprits célestes, elle se renforce dans la connaissance de l’amour, de la sagesse et de la vérité. Quand elle retourne dans le corps, elle rapporte le souvenir de toutes ces richesses qu’elle tâche d’imprimer dans le cerveau. Même si l’homme n’en est pas tout de suite conscient, comme toutes ces grandes vérités laissent en lui une empreinte éthérique, un jour ou l’autre il finit par en prendre connaissance. Voilà pourquoi il arrive que vous receviez soudain, comme dans un éblouissement, la communication de certaines vérités sublimes que votre subconscient portait certainement déjà en vous depuis longtemps. Jusque-là, le moment n’était pas encore venu pour vous d’en être conscient, mais il y a eu tout à coup un instant propice où votre cerveau se trouvait dans de bonnes dispositions, et cette vérité a jailli. Si vous voulez que ces expériences soient de plus en plus fréquentes, vous devez introduire une grande discipline dans votre vie. C’est à partir du moment où l’homme s’habitue à travailler sur son corps physique pour le purifier et le rendre sensible, que son âme peut enregistrer plus facilement les vérités sublimes »[1]

Éther Bleu – Tonalité : Sol mineur

AZCHTE-2018-Mél Princ.jpg

Écouter le Chant par l’ensemble vocal et instrumental Vera du Canada

Le texte

Cyrillique Translittération française Traduction
безгранична шир 
дивна красота и мир, 
слънце за човешките души, 
носи свята Любовта безпия! 
Bezgranitchna chir, 
divna krassota i mir, 
sleuntse za tchoveshkite douche, 
nossi sviata lioubovta bezspir!
Grandeur illimitée,
merveilleuse beauté et paix,
soleil pour les âmes humaines,
apporte-nous le saint Amour sans relâche!

Les paroles françaises du chant

Loin, très loin du sol, dans les espaces grand ouverts, 
esprits conscients devenus purs et fluides, 
nous flotterons légers en l’éther bleu, 
nous flotterons paisibles auprès de Dieu.

Explications du chant[2]

Historique

La musique du chant est de Peter Deunov et les paroles bulgares du chant sont de K. Smantchina.

Ce chant a été adapté en français par une sœur de la Fraternité Blanche Universelle nommée Stella.

Thématique : La quête de la lumière divine

L’âme qui est en quête perpétuelle de lumière, la cherche partout dans le cosmos et lance un appel vibrant pour la retrouver (mesures 1 à 13). Le cosmos répond à cette demande et quand la lumière survient, il jaillit dans l’âme une impulsion de reconnaissance (mesure 14). A partir de cet instant, commence une phase contemplative de dégustation. Parvenus à rejoindre l’émanation de la divinité tant recherchée, nous prenons un temps pour l’absorber et ressentir les conséquences et impressions générées. Nous vivons la dégustation d’un moment de paix et de calme, c’est un état de béatitude.

Mots clés – Ambiance du chant

Paix – Sérénité – Béatitude – Douceur – Simplicité

Tracé énergétique du chant

D’une très grande simplicité, le tracé énergétique du chant se structure en trois parties.

Première partie : 7 mesures (de mesures 1 à 7) – La quête ou effort sublime

C’est la partie de l’Esprit dans le registre aigu. Au début du chant, la mélodie se décline en tierces répétées sur le rythme « noire - croche ». L’âme est en quête et insiste dans sa demande. Le « Sol aigu » de la mesure 4 montre que nous parvenons à toucher une région supérieure.

Deuxième partie : 6 mesures (de mesures 8 à 13) – Une phase intermédiaire d’intégration

Cette partie est celle de l’âme qui joue un rôle d’intermédiaire et de lien entre la première et la troisième partie.

C’est une phase constructive pour l’intégration. Le message reçu d’en haut doit passer par un stade intermédiaire tels les paliers par lesquels passe le scaphandrier avant de remonter à la surface pour se débarrasser de l’excès d’oxygène. Si la pression est trop forte et qu’il remonte trop rapidement, il souffrira d’hyperoxie et risque de mourir. Son corps doit se débarrasser par paliers.

Ici dans le chant, l’Illumination doit passer par différents paliers d’assimilation et d’intégration avant d’être conscientisée, sinon l’expérience est trop intense pour le système nerveux. Une grande sagesse est contenue dans la musique initiatique, celle de savoir doser et tempérer ces passages.

En choisissant de s’incarner, l’âme joue un rôle essentiel. Elle doit être le trait d’union entre l’esprit et la matière.

Troisième partie : 5 mesures (de mesures 14 à la fin) – Le souvenir réactivé dans la vie présente

Cette partie représente la conscience éveillée dans le corps physique et dans le monde inférieur de la matière.

Le souvenir de la lumière divine est bien présent, c’est un instant de dégustation, de récompense. Nous tournons autour de la tonique.

Dans la vie humaine, l’âme cherche à retrouver l’impression reçue du plan causal, le monde de la liberté. Une fois ce vécu intérieur retrouvé, elle aimera le recréer afin de le vivre dans sa vie présente.

L’Éther bleu n’est pas un chant par lequel nous pourrons nous échapper ou nous évader ! Son but est de faire descendre l’esprit dans la matière. Mais Il est très inconfortable pour l’esprit de se restreindre dans cette matière alors que son idéal est de s’étendre dans l’espace infini. C’est pourquoi la mélodie propose cette descente de façon très graduelle. En observant les différentes sections, nous constatons que la première section de 7 mesures correspond à l’Esprit, puis la deuxième qui a 6 mesures correspond à l’âme, et enfin la troisième de 5 mesures correspond à l’incarnation dans la matière.

La répétition de la dernière section de 5 mesures apporte la consolidation de cet état de conscience et révèle le sens de ce qui a été accompli. Lors de la reprise de la dernière partie, nous nous assurons que nous sommes dans une conscience divine au sein de notre incarnation. Nous sommes vraiment conscients dans notre corps, ici et maintenant.

Pour conclure

Nous aurions pu intituler ce chant « La mélodie du souvenir ». L’Éther bleu, c’est le souvenir de ce paradis que nous souhaitons vivre consciemment ici et maintenant !

Nous sommes face à une musique inspirée par un Esprit de Synthèse qui utilise le langage musical pour pénétrer la conscience et la subconscience de façon exacte et concise. C’est un langage sacré et rempli de sagesse ! Tout est dit… et tout ce qu’il dit est essentiel et véridique.

« Avec les grandes vérités et les bonnes influences qu’il reçoit, avec l’aide des Anges, le disciple d’une École initiatique commence à se souvenir du monde lumineux d’où il est descendu et vers lequel il doit retourner un jour. La plus grande bénédiction pour le disciple est de se souvenir… »[3]

Œuvres et/ou conférences d’O.M. Aïvanhov sur le sujet traité

  • O. M. Aïvanhov, Connais-toi toi-même, Œuvres complètes n° 17 et 18, Editions Prosveta.
  • O. M. Aïvanhov, La Liberté, Victoire de l'Esprit, Izvor n° 211, Éditions Prosveta.
  • O. M. Aïvanhov, La vie psychique: éléments et structures, Izvor n° 222, Éditions Prosveta.
  • O. M. Aïvanhov, Aux sources inaltérables de la Joie, Izvor n° 242, Éditions Prosveta.

Liens Externes

  • Peter DEUNOV – Éther Bleu sur Youtube par l’ensemble vocal et instrumental Vera du Canada. (Dir : Gilles Hainault)
  • Pour entendre d’autres chants de Peter Deunov vous pouvez vous rendre sur la chaîne YouTube de Ideal Projects : https://www.youtube.com/channel/UCElH9qAoRv-jCRU9RYMLZEQ


Notes

  1. O. M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 2021, pensée du 1 novembre « purifier le corps physique afin que l’âme se souvienne et enregistre les vérités sublimes », Éditions Prosveta, 2020.
  2. Les auteurs de la version originale de cet article sont Gilles Hainault et Marie Kinique
  3. O. M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 2021, Pensée du 24 octobre 2021, Éditions Prosveta, 2020.



Avis au lecteur : la rédaction de cet article, provisoire et non limitatif, est seulement un point de départ, puisque le sujet a été examiné plus en détail par Omraam Mikhaël Aïvanhov dans ses diverses conférences données entre 1938 et 1985. En lisant ou en écoutant directement ces conférences, publiées par les éditions Prosveta, propriétaire exclusif des droits de son travail, le chercheur y trouvera encore d’autres aspects intéressants et importants. Par conséquent, cet article n’exprime pas de manière complète et exhaustive la pensée d'Aïvanhov sur ce sujet.


OmraamWiki est un projet international réalisé avec la contribution des fonds de recherche scientifique de l'Université pour les étrangers de Pérouse (Département des Sciences Humaines et Sociales)