Chant Neva Sanzou

De OmraamWiki
Révision datée du 22 novembre 2020 à 12:00 par Omraamadmin (discussion | contributions) (Liens Externes)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
« L’ère du Verseau enseigne que l’homme doit regarder le Ciel mais pas pour se détourner de la terre. Il doit regarder le Ciel pour en faire descendre tout ce qui est beau, pur, lumineux, éternel. Lui-même deviendra alors un miroir du Ciel, un conducteur du Ciel, un jardin, un verger, un soleil. Pourquoi faut-il que le Paradis soit seulement en haut, et ici, sur la terre, toujours la misère, la pauvreté et la laideur ? Non, désormais ce sera différent, c’est la beauté qui descendra sur la terre, et tout sera rayonnant : les pierres, les plantes, les animaux, les humains. »[1]
« C’est quoi l'involution ? C’est ce quelque chose qui vient de l'espace, une vitalité, un esprit, une vie qui anime tout et grâce à quoi les arbres, les fleurs progressent et croissent. Tout avance d'après les formes qui existent en haut. Dès lors les animaux, les insectes subissent une amélioration, un perfectionnement parce qu'ils ont été aidés d'en haut, ils ont été aidés, guidés et ont évolué. Ainsi ils se sont améliorés. Comment l’homme est-il arrivé à devenir comme il est aujourd'hui ? C'est le hasard ? Il y a seulement eu évolution ? Oh la la ! c’est seulement grâce à cette involution qui se fait sans arrêt que les choses se produisent, se vivent, se manifestent, et c’est seulement ainsi qu’on avance. »[2]

Neva Sanzou (intraduisible) – Tonalité : Ré mineur

1-Neva Sanzou-2018-Mél Princ.jpg

Écouter le Chant par le Chœur Kastalski de Moscou

Le texte

Cyrillique Translittération française Traduction
Нева санзу, 
бию менси, 
хариен хади хензи. 
Ава Махар вен хабер менси.
Neva sanzou,
biïou menci, 
harien hadi henzi. 
Ava Mahar ven haber menci. 
Intraduisible

Explications du chant[3]

Historique

Neva Sanzou a été créé le 1 mai 1929.

« D'origine orientale, les paroles sont empruntées à une langue très ancienne et ne peuvent être traduites. De plus, si elles étaient traduites, elles perdraient de leur force. »[4]

Thématique : L’involution de la conscience angélique dans la conscience humaine

Qu’il s’agisse de l’ambiance musicale ou du déroulé mélodique, tout dans ce chant témoigne du trajet emprunté par l’Esprit pour rejoindre l’inconscient et spiritualiser la matière en passant par le canal de l’Âme humaine. Neva Sanzou est un chant mystique qui nous lie au Chant des Anges. Les Anges chantent l’expression du Verbe et notre Moi supérieur comprend ce langage. La voix des Anges résonne dans l’univers entier et se répercute à tous les niveaux de la Création de façon continue.

Le défi de l’être humain consiste à devenir le réceptacle du Verbe afin que la Voix de Dieu puisse chanter à travers lui et ainsi apporter des changements bénéfiques dans le monde. La tâche de l’être humain actuel consiste à se préparer, se transformer afin de devenir ce réceptacle pur et lumineux où le chant divin résonnera.

Mots clés

Mystère, Douceur Angélique, Bonté, Souplesse, Rigueur

Les composantes énergétiques du chant

Neva Sanzou décrit les différents paliers par lesquels le chant des Anges passe afin que leur mystère se dévoile et rejoigne notre matière profonde.

Le texte

Neva Sanzou est écrit en « langue adamique », appelée également « La Langue de la Création » ou encore « le Vatan ».

Il s’agit de la langue originelle. Elle est intraduisible dans nos paroles humaines ! Le Vatan provient de la hiérarchie angélique qui a transmis le Verbe à l’humanité. Cette hiérarchie a pour nom « Élohim », et provient de la Séphira Netzach. Dans les temps reculés, les hommes l’ont adoptée pour pouvoir faire un travail semblable à celui des Anges, mais hormis les grands Initiés, les hommes n’arrivent pas à prononcer le Verbe. Seuls les hommes dont on dit qu’ils sont devenus des Adeptes, peuvent exprimer la voix de ces Anges.[5]

Une mélodie étirée

« Le chant Neva Sanzou indique une voie spirituelle qui n'est pas plane, mais pas non plus obstruée. Ici, l'homme doit descendre dans la plaine pour résoudre un problème difficile de la vie. »[6]

2-Neva Sanzou-2018-Mél Princ-début.jpg

Le début de Neva Sanzou est très particulier ! Les premières notes de la mélodie principale exigent beaucoup d’adresse de la part de la soprano parce que le chant démarre sur un « la aigu » soutenu duquel la mélodie va accomplir un long trajet, procéder à une descente en paliers successifs et dans un rythme très libre.

Nous pouvons imager Neva Sanzou comme une lumière précieuse à transporter jusque dans les profondeurs de notre plaine intérieure afin qu’elle y sème des graines. Chaque note est comme une goutte de pluie chargée de Lumière Solaire qui descend sur la plaine pour abreuver la terre. Des hauteurs, notre conscience descend dans la matière pour y cultiver les Vertus dont la mise en application permettra la spiritualisation de notre propre matière.

Aux mesures 2, 4 et 7, nous observons l’usage d’une formule mélodique en notes répétées.

3-Neva Sanzou-2018-Mél Princ-notes répétées.jpg

Ces endroits témoignent que la mélodie a rejoint les différents paliers et qu’une graine vertueuse a été plantée.

A la fin du chant, la mélodie atteint la note la plus grave du violon (sol), l’instrument avec lequel Peter Deunov composait ses mélodies. La soliste est seule et ne bénéficie plus du soutien de la chorale lors de la première énonciation de ce passage qui sera ensuite repris par les altis et accompagné du chœur à la toute fin. La fin du chant représente la réponse de l’inconscient qui accepte de recevoir l’appel de l’Esprit et commence à vibrer à l’unisson avec Lui.

4-Neva Sanzou-fin du chant.jpg

Neva Sanzou est un chant de victoire pour l’Esprit. Il a réussi à se faire entendre par la matière grâce au travail inlassable réalisé par l’âme individualisée pendant des milliards d’années.

Œuvres et/ou conférences d’O.M. Aïvanhov sur le sujet traité

  • O. M. Aïvanhov, L’Harmonie, Œuvres complètes n°6 ch. 6, « Comment la pensée se réalise dans la matière », Éditions Prosveta.

Liens Externes

Bibliographie

Œuvres et/ou conférences d’O.M. Aïvanhov sur le sujet traité

  • O. M. Aïvanhov, Création artistique et création spirituelle, Chapitre 2 : Les sources divines de l’Inspiration Izvor n°223 aux Éditions Prosveta
  • O. M. Aïvanhov, De l'homme à Dieu, Izvor n°236 aux Éditions Prosveta

Articles connexes

Liens Externes

  • Peter Deunov - Vdeuhnovénié sur You-tube par le Chœur de Chambre Intrada de Moscou; (Dir : Gilles Hainault).
  • Pour entendre d’autres chants de Peter Deunov - Playlist

Notes

  1. O. M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 2020, pensée du 12 novembre « Le Verseau » aux Éditions Prosveta (2019)
  2. Extrait de la conférence donnée par O. M. Aïvanhov, le 19 septembre 1982, L’artiste véritable est celui qui se sculpte lui-même et écrit son propre livre.
  3. Les auteurs de la version originale de cet article sont Gilles Hainault et Marie Kinique.
  4. Cette citation est extraite d’un texte non édité Chants du Maître Peter Deunov, Explication ancienne.
  5. Ces notions sont évoquées dans le texte non édité Chants du Maître Peter Deunov, Explication ancienne.
  6. Cette citation est extraite d’un texte non édité Chants du Maître Peter Deunov, Explication ancienne.



Avis au lecteur : la rédaction de cet article, provisoire et non limitatif, est seulement un point de départ, puisque le sujet a été examiné plus en détail par Omraam Mikhaël Aïvanhov dans ses diverses conférences données entre 1938 et 1985. En lisant ou en écoutant directement ces conférences, publiées par les éditions Prosveta, propriétaire exclusif des droits de son travail, le chercheur y trouvera encore d’autres aspects intéressants et importants. Par conséquent, cet article n’exprime pas de manière complète et exhaustive la pensée d'Aïvanhov sur ce sujet.


OmraamWiki est un projet international réalisé avec la contribution des fonds de recherche scientifique de l'Université pour les étrangers de Pérouse (Département des Sciences Humaines et Sociales)