Chant Otche Nach : Différence entre versions

De OmraamWiki
Aller à : navigation, rechercher
(Le texte)
Ligne 28 : Ligne 28 :
 
  и прости ни дълговете наши,
 
  и прости ни дълговете наши,
 
  както и ние прощаваме  
 
  както и ние прощаваме  
  на нашите длъжници,
+
  на нашите длъжници.
 +
 
  Не ни въвеждай вьв изкушение,
 
  Не ни въвеждай вьв изкушение,
 
  но избави нас от лукаваго;
 
  но избави нас от лукаваго;
Ligne 42 : Ligne 43 :
 
  da beude Voliata Tvoïa  
 
  da beude Voliata Tvoïa  
 
  kakto na Nebeto taka i na Zemiata.  
 
  kakto na Nebeto taka i na Zemiata.  
 +
 
  Hlebeut nach  
 
  Hlebeut nach  
 
  koïto ni go davach vseki den  
 
  koïto ni go davach vseki den  
Ligne 48 : Ligne 50 :
 
  kakto i nie prochtavame  
 
  kakto i nie prochtavame  
 
  na nachite dleujnitsi.  
 
  na nachite dleujnitsi.  
 +
 
  Ne ni veuvejdaï veuv iskoucheniïe,
 
  Ne ni veuvejdaï veuv iskoucheniïe,
 
  no izbavi nass ot loukavago.
 
  no izbavi nass ot loukavago.

Version du 15 novembre 2021 à 21:31

«Il ne faut pas aimer et chercher Dieu pour soi, mais pour Lui, comme un fils ou une fille qui trouve toute sa joie à s’associer aux activités de son père et de sa mère. Quand Jésus nous a appris à prier : « Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel », il nous a donné justement le programme à réaliser. C’est nous qui devons sanctifier le nom de Dieu en nous-mêmes, c’est nous qui devons faire descendre Son royaume en nous, c’est nous qui devons accomplir Sa volonté, comme les anges l’accomplissent dans le Ciel. Ce que nous faisons pour Dieu, c’est aussi pour nous que nous le faisons, puisque nous sommes en Lui et qu’Il est en nous».[1]

Sila Jiva (Force Vivante) – Tonalité : Sol Majeur

Otche Nach Kedrov-2018-Mél Princ.jpg

Écouter le chant par la Chorale VERA (Canada)

Le texte

Cyrillique Translittération française Traduction
Отче наш, 
Който си на небесата!
Да се свети името Твое,
да дойде Царството Твое,
да бъде волята Твоя,
както на небето, така и на земята;
Хлебьт иаш
Които ни го даваш всеки ден
Даи ни го и днес,
и прости ни дълговете наши,
както и ние прощаваме 
на нашите длъжници.

Не ни въвеждай вьв изкушение,
но избави нас от лукаваго;
защото иа Тебе принадлежи
царството, и силата, 
и славата вьв веки веков!
Амин !
Otche nach 
koïto si na nebessata 
da se sveti Imeto Tvoïe 
da doïde Tsarstvoto Tvoïe 
da beude Voliata Tvoïa 
kakto na Nebeto taka i na Zemiata. 

Hlebeut nach 
koïto ni go davach vseki den 
Daï ni go i dness 
i prosti ni deulgovete nachi 
kakto i nie prochtavame 
na nachite dleujnitsi. 

Ne ni veuvejdaï veuv iskoucheniïe,
no izbavi nass ot loukavago.
Zachtoto na Tebe prinadleji 
Tsarstvoto i Silata 
i Slavata veuv veki vekov! 
Amin!
Notre Père 
qui es aux Cieux !
Que Ton Nom soit sanctifié, 
Que Ton règne vienne,
Que Ta Volonté soit faite 
sur la terre comme au Ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien,
Pardonne-nous nos offenses,
Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés.

Ne nous induis pas en tentation,
Mais délivre-nous du mal,
Car c’est à Toi qu’appartiennent
le Règne, la Puissance 
et la Gloire aux siècles des siècles!
Amen !

Explications du chant[2]

Les paroles

Les paroles du chant Otche Nach sont celles de la prière du « Notre Père », la prière la plus répandue parmi les chrétiens, la prière enseignée par Jésus à ses apôtres que nous retrouvons dans le Nouveau Testament.

La musique

La musique de Otche Nach est de Nikolaï Kedrov (Russie) avec un ajout de Vincent Petit (France)

Nikolaï Kedrov (1871-1940) est né à Saint-Pétersbourg, sous l'Empire russe, dans la famille d'un archiprêtre orthodoxe. Musicien issu de la tradition de Saint-Pétersbourg, il évolue dans une famille très religieuse. À noter que dans la religion orthodoxe tous les prêtres savent chanter car cela fait partie de leur ministère. La musique du Otche Nach (Le Notre Père) de Kedrov est une musique très célèbre qui est chantée un peu partout dans les églises orthodoxes. Bien souvent, elle est traduite dans la langue du pays où elle est chantée. C’est ainsi que nous la retrouvons dans les églises orthodoxes de Bulgarie et traduite en bulgare. A la fin du chant Kedrov termine sa composition sur le mot « Lukavago » qui signifie « du Mal ». C’est certainement à la demande du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov, qu’une dernière section supplémentaire fut composée et ajoutée au chant par Vincent Petit en reprenant les paroles de la doxologie : « Car c’est à Toi qu’appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire ». Vincent Petit compose cette dernière partie dans le même esprit que celui inspiré à Kedrov et donne à la fin du chant une conclusion glorieuse et intense. Il préserve magnifiquement l’esprit général du style récitatif insufflé par Kedrov et tout cela donne une consistance homogène à l’ensemble du chant.

La place de Otche Nach au sein du travail de chant choral dans la Fraternité

La musique du Otche Nach de Kedrov a été adoptée par le Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov pour le travail du chant choral au sein de son Enseignement spirituel dans la Fraternité. C’est le seul chant dans sa liste des 55 chants (Carlo insérer un lien vers l’historique de Az Moga da Lioubia) qui soit en dehors du répertoire de Peter Deunov ou de l’un de ses disciples.

Le Otche Nach de Kedrov appartient au répertoire liturgique . Ce n’est pas un chant initiatique au même titre que les chants de Peter Deunov. Ce fait n’enlève rien à sa valeur. Otche Nach est un chant liturgique très profond et véridique qui a pour but de nous plonger dans l’ambiance d’un monde angélique de paix, de lumière et d’harmonie. Le Otche Nach de Kedrov est un chant très populaire que tout le monde aime d’emblée parce qu’il apporte un effet bienfaiteur au cœur. Il favorise le recueillement et fait vibrer en nous le ressenti sublime de communion fraternelle entre toutes les âmes humaines.

Nous avons imaginé plusieurs raisons à l’inclusion de ce chant dans le répertoire des chants fraternels…

  • Sa merveilleuse beauté,
  • Une marque de considération et de respect de la part du Maître Omraam Mickaël Aïvanhov vis-à-vis de son Maître Peter Deunov qui lui-même était issu d’une famille dont le père était prêtre orthodoxe.
  • Sa capacité à animer notre sentiment religieux.
  • Chanté dans toute la chrétienté, ce chant nous relie à toutes les communautés christiques et aux milliers d’âmes ayant prononcé cette prière

Le Maître Omraam Mickaël Aïvanhov a donc choisi ce chant pour l’associer à ceux de Peter Deunov.

Quelques mots clés

Recueillement, simplicité, dévotion, le sens du sacré, contemplation, prière

Musicalement

Le chant est écrit dans le style syllabique d’un récitatif. Sa grande simplicité mélodique permet d’accorder toute son importance aux paroles et à la sensation de l’harmonie. La mélodie, élaborée sur des notes répétées, suggère beaucoup d’intériorité et de profondeur. Il est conseillé de le chanter de façon libre et étirée afin de pouvoir se pénétrer du bain sonore des harmonies longuement soutenues. Il nous transporte dans la paix d’une église chaleureuse aux murs tapissés d’icônes toutes plus belles les unes que les autres…

La trame harmonique fait entendre des enchaînements très simples et très naturels.

Le rythme, avec quelques triolets qui apparaissent çà et là pour répondre aux obligations du discours syllabique de la langue utilisée, est quant à lui très paisible.

Conclusion

Avec une grande simplicité, Otche Nach apporte sa paix dans les cœurs. Il nous ouvre à la beauté de la prière collective, à la méditation et la béatitude.

Œuvres et/ou conférences d’O.M. Aïvanhov sur le sujet traité

  • O. M. Aïvanhov, Le véritable enseignement du Christ Izvor n°215, Éditions Prosveta.

Liens Externes

Notes

  1. O. M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 2011, pensée du février « Notre Père, un programme à réaliser», Éditions Prosveta, 2010.
  2. Les auteurs de la version originale de cet article sont Gilles Hainault et Marie Kinique



Avis au lecteur : la rédaction de cet article, provisoire et non limitatif, est seulement un point de départ, puisque le sujet a été examiné plus en détail par Omraam Mikhaël Aïvanhov dans ses diverses conférences données entre 1938 et 1985. En lisant ou en écoutant directement ces conférences, publiées par les éditions Prosveta, propriétaire exclusif des droits de son travail, le chercheur y trouvera encore d’autres aspects intéressants et importants. Par conséquent, cet article n’exprime pas de manière complète et exhaustive la pensée d'Aïvanhov sur ce sujet.


OmraamWiki est un projet international réalisé avec la contribution des fonds de recherche scientifique de l'Université pour les étrangers de Pérouse (Département des Sciences Humaines et Sociales)