Verbe

De OmraamWiki
Aller à : navigation, rechercher
“Saint Jean, qui a écrit son Évangile en grec, emploie le mot “ Logos ” ; communément, Logos signifie parole, intelligence, raison. Cependant, le premier sens de Logos, c’est l’intelligence, la raison. Le Logos n’est pas la parole, mais la parole provient du Logos en tant qu’expression, manifestation d’une pensée, d’une intelligence. Le Logos, le Verbe, c’est la cause tandis que la parole est une conséquence. Ce n’est pas la parole qui a créé le monde, c’est le Verbe. La parole est le moyen dont le Verbe se sert pour réaliser le travail de la création. Le Verbe est le premier élément que Dieu a mis en action : la parole est le moyen qui permet au Verbe de se révéler.”[1]

Remarques introductives

“Quelle différence y a-t-il entre le verbe et la parole ? Dans un sens très large, on peut comprendre le verbe comme la synthèse de toutes les expressions de la vie intérieure de l’être humain, c’est-à-dire la synthèse des émanations produites par ses pensées et ses sentiments. En ce sens, on est obligé d’admettre que le verbe s’oppose souvent à la parole. Par exemple, un homme déteste son voisin, mais pour endormir sa méfiance pendant qu’il médite sa ruine, il l’assure chaque jour de son amitié, et le pauvre malheureux se laisse prendre. Combien de fois aussi, au lieu d’être le reflet fidèle de la réalité des faits, la parole n’est utilisée que pour éveiller chez les gens certaines réactions : la méfiance, la haine, la révolte, que celui qui parle a intérêt à susciter ! Évidemment, on pourrait objecter que la parole conserve ainsi la plupart du temps son rôle magique, c’est-à-dire celui de transformer la réalité. Oui, mais le pouvoir magique de la parole ne doit être toujours utilisé que pour le bien.”[2]

“Un sujet, un verbe et un complément, c’est ainsi qu’on définit généralement une phrase. Le sujet est celui qui agit ; celui sur lequel on agit est le complément, et le verbe qui indique cette action fait le lien entre les deux. C’est le verbe qui lie. Sans lui, il ne se produit rien. Dans la grammaire spirituelle, le sujet, c’est Dieu, la source de la vie. Le complément d’objet, c’est l’homme, ou la terre qui reçoit les sucs de la vie. Le verbe, ce sont les esprits angéliques qui lient le monde physique au monde spirituel. Dieu, les anges et les hommes, c’est-à-dire le monde divin, le monde spirituel qui est le monde intermédiaire, et le monde physique. Dans la grammaire spirituelle, ce sont donc les anges qui occupent la place du verbe : ils sont les intermédiaires entre le monde divin et le monde humain. C’est pourquoi justement on les appelle « anges », c’est-à-dire messagers.”[3]

Au commencement était le Verbe

“L’enfant qui apprend à lire doit commencer par bien identifier les lettres de l’alphabet. Peu à peu, il devient capable de les reconnaître dans les mots qu’il rencontre, jusqu’au jour où il arrive à lire des phrases entières. De même, au cours de l’Initiation, le disciple passe par de nombreuses phases au cours desquelles il voit se dessiner et s’assembler les lettres du grand livre cosmique qui sont les éléments de la création. Quand, au début de son Évangile, saint Jean écrit : « Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu. Tout ce qui a été fait a été fait par Lui… », cela signifie qu’au commencement tous les principes de l’alphabet divin sont entrés en action : à tous les étages de la création, et jusque dans le plan physique, ils ont reproduit à l’identique les structures qu’ils avaient d’abord créées en haut. Tout ce qui existe dans le plan physique peut être considéré comme des mots, des phrases, des poèmes formés à partir des différents éléments du Verbe.”[4]

“Au commencement était le Verbe… ». Cette première phrase de l’Évangile de saint Jean a suscité d’innombrables commentaires. Il est évidemment impossible de se représenter exactement ce que cela signifie de dire que Dieu a créé le monde par le Verbe. Mais puisque ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, puisque nous sommes créés à l’image de Dieu et de l’univers, nous pouvons avoir quelques notions de ce que sont les pouvoirs du Verbe en étudiant ce que sont pour nous les pouvoirs de la parole: la parole prononcée (les sons), la parole écrite (les lettres). Un général lance un ordre d’attaque. Il crie: « Feu ! » et en quelques minutes il ne reste plus rien de ce qui était une ville magnifique. Lui-même n’a rien fait, il a seulement prononcé un mot, mais quelle puissance était contenue dans ce mot ! Ou bien un homme, une femme qui compte beaucoup pour vous, mais dont vous ne connaissez pas encore les véritables sentiments, vous écrit un jour ces simples mots: « Je t’aime », et voilà votre vie soudain illuminée! Rien pourtant n’a changé, mais tout a changé. L’existence entière est là pour nous montrer les pouvoirs de la parole. Et même, allons plus loin. Pourquoi pensez-vous que les gens parlent, la plupart du temps ? Pour exercer leur pouvoir. Et même quand ils paraissent donner des explications, des informations, souvent ce n’est pas réellement pour expliquer ou informer ; en parlant, ou en écrivant, ils veulent surtout produire certains effets: susciter la colère, la haine, ou bien endormir la méfiance. Et vous-même, ne faites-vous pas aussi parfois la même chose? Oui, et je vous laisse réfléchir sur tout cela. Et maintenant, revenons à la première phrase de l’Évangile de saint Jean: «Au commencement était le Verbe». Les humains éviteraient beaucoup de difficultés, beaucoup de souffrances, s’ils savaient comment appliquer cette phrase. Vous direz : «Mais comment? Elle est tellement abstraite, tellement difficile à comprendre, comment pouvons-nous l’appliquer ? Eh bien, justement, c’est parce que vous ne cherchez pas à l’appliquer qu’elle reste abstraite et difficile à comprendre. – Mais alors, que devons-nous faire ? simplement accompagner tous vos actes avec le Verbe.» Prenons des cas très simples de la vie quotidienne. Quand vous lavez des vitres, par exemple, au lieu d’exécuter cette tâche en laissant errer votre pensée sur n’importe qui ou n’importe quoi, soyez conscient de vos gestes et dites: « Comme je lave cette vitre, que mon cœur soit lavé et devienne transparent. » Et la même chose quand vous balayez, quand vous faites la vaisselle, quand vous enlevez la poussière… Et quand vous laissez tomber un objet et qu’il se brise, dites: « Que tous les obstacles qui se dressent sur ma route vers Dieu soient brisés en mille morceaux! » Bien sûr, il n’est pas nécessaire de dire tout cela à haute voix, surtout si quelqu’un risque de vous entendre.

L’important est d’être conscient, c’est-à-dire d’appliquer votre pensée – et la pensée sous-entend nécessairement des mots – à tout ce que vous faites afin de devenir créateur. Voilà ce que doit être pour le spiritualiste la signification de « Au commencement était le Verbe… Et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans le Verbe. » Il faut toujours mettre le Verbe au commencement pour donner une orientation à votre activité. Mais c’est là une notion que même les croyants n’ont pas encore bien comprise. Vous direz: « Mais ils récitent des prières plusieurs fois par jour! » Oui, des prières toutes faites qu’ils ont apprises par cœur et qu’ils marmonnent en pensant à autre chose, justement. Il n’est pas nécessaire de réciter beaucoup de prières par cœur. Pour les chrétiens le « Notre Père » et deux ou trois autres suffisent. Ensuite, c’est à chacun de trouver quelles paroles prononcer intérieurement au fur et à mesure que se présentent de nouvelles occasions, de nouveaux événements dans sa vie. Il n’y a pas de meilleure façon de comprendre ce que signifie la toute- puissance du Verbe. Quand le vent souffle en chassant les nuages et les impuretés de l’atmosphère, demandez au souffle de l’esprit de chasser vos mauvaises pensées et vos mauvais sentiments. Et quand vous voyez le matin le soleil se lever, dites: « Comme le soleil se lève au-dessus du monde, que le soleil de l’amour se lève dans mon cœur, que le soleil de la sagesse se lève dans mon intelligence et que le soleil de la vérité se lève dans mon âme et dans mon esprit. » Voilà comment vous deviendrez un véritable fils de Dieu: par le Verbe. Parce que le Verbe est vivant et agissant, il a le pouvoir de vous transformer. Quand vous commencerez à comprendre ce que signifie: « Au commencement était le Verbe », vous comprendrez aussi pourquoi il est dit qu’«Au commencement Dieu créa le ciel et la terre » et ce qu’il y a derrière ces mots « ciel » et « terre », quelles sont les relations entre les deux et comment on doit travailler avec eux. Le ciel et la terre sont au-dedans de nous et tant que nous les séparons, tant que nous ne lions pas le ciel, notre pensée, avec la terre, nos activités quotidiennes, nous ne saurons pas ce qu’est le Verbe, le Verbe vivant.”[5]

“Maintenant, si on rapproche la phrase de la Genèse: ‘Dieu dit: Que la lumière soit!’ et la première phrase de l’Evangile de saint Jean: « Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu », on comprend mieux encore ce rapport qui existe entre le Verbe et la lumière. La lumière est la substance que le Verbe divin, le premier-né de Dieu, a fait apparaître pour devenir la matière de la création. Vous direz que lorsqu’on regarde les pierres, les plantes, les animaux et même les humains, on ne voit pas qu’ils sont faits de lumière. Oui, parce que cette lumière en eux s’est condensée au point d’en devenir opaque. Et si on oppose généralement matière et lumière, c’est parce qu’on ignore que ce que l’on appelle matière est en réalité de la lumière condensée.”[6]

La parole

“Parler, écrire, consiste à assembler des mots en les ajustant, en les organisant ; c’est donc un acte de création. Chacun peut ainsi créer chez les êtres la joie, la confiance, l’amour, la lumière, ou bien le chagrin, l’obscurité, la maladie, le désespoir ; et dans le second cas, même si on s’exprime dans le meilleur style, on fabrique des monstres. La véritable évolution, c’est d’apprendre à se servir de la parole, orale ou écrite, en vue de résultats divins, c’est-à-dire de mettre en œuvre les éléments du Verbe pour créer uniquement ce qui est juste, bon et beau. Celui qui travaille consciemment dans cette direction, participe à l’œuvre de Dieu, qui le reconnaît alors comme un de ses ouvriers. Car la création n’est pas encore achevée, le Créateur continue à travailler et Il a besoin d’ouvriers qui Lui apportent – symboliquement – des pierres, du sable, du ciment. « Nous ne servons qu’à ça ? » direz-vous. Oui, et ne soyez pas vexé, ce n’est certainement pas à nous, les humains, que le Créateur peut confier la tâche la plus importante, mais, à quelque niveau que ce soit, il est glorieux de participer à son travail.”[7]

D'où vient la puissance de la parole ?

“Non pas du mot prononcé lui-même, mais de l'énergie, de la quintessence dont il est imprégné, et cette quintessence se trouve dans l'aura des êtres. La puissance d'un mage, d'un théurge, vient de ce qu'il sait imprégner de lumière les paroles qu'il prononce, et cette lumière, c'est son aura qui est abondante, intense, pure. La parole est le réceptacle d'une force, et elle produit des effets d'autant plus puissants qu'elle est davantage imprégnée de cet élément créateur, la lumière.   Il n'est pas donné à n'importe qui de prononcer les mots magiques qui produiront de grands effets. Seul un véritable mage, en prononçant quelques mots, sans forcer la voix, sans faire de gestes,b par la seule force intérieure de son aura, peut commander aux forces de la nature et attirer les êtres supérieurs. Ce n'est pas la parole qui crée le monde, c'est le Verbe. La parole est le moyen dont le Verbe se sert pour réaliser le travail de création. Le Verbe est le premier élément que Dieu a mis en action, la parole est le moyen qui permet au Verbe de se manifester.”[8]

“Quelle puissance possède l’être humain grâce à la parole ! Par sa seule parole il peut obtenir autant de résultats que par tout autre moyen matériel : il peut construire et il peut détruire ; il peut rassembler et il peut diviser ; il peut rétablir la paix ou déclencher la guerre ; il peut guérir ou donner la mort… Cette puissance de la parole vient de ce qu’elle est produite par la bouche où les deux principes masculin (la langue) et féminin (les deux lèvres) travaillent ensemble pour créer. La parole est leur enfant. Quand l’androgyne primitif a été, d’après la tradition, séparé en deux, on peut dire que, symboliquement, la femme a gardé les lèvres, le principe féminin, et l’homme a gardé la langue, le principe masculin. C’est pourquoi, pour pouvoir retrouver maintenant leur puissance originelle, ils se cherchent sans cesse pour s’unir. Oui, c’est là l’origine lointaine de cette impulsion qui fait que les hommes et les femmes se cherchent. Même si on voit souvent cette recherche prendre la forme du plaisir et de la distraction, son sens profond, c’est de retrouver l’unité du Verbe, l’unité du principe créateur qui est mâle et femelle.”[9]

La Parole - nous devons la maîtriser pour qu’elle devienne l’expression du Verbe divin

“Toutes les créatures ont un langage, mais seul l’être humain possède la parole, et pour que cette parole devienne réellement riche de sens, elle doit devenir l’expression du Verbe divin qui soutient, guérit, illumine. Si vous avez cet idéal, la première règle pour y parvenir, c’est de décider de ne plus vous laisser aller à des médisances, des calomnies ou même des paroles en l’air. Apprenez à maîtriser votre langue en vous disant : « Si je ne me contrôle pas, je ne posséderai jamais la véritable puissance du Verbe. » Pendant une journée, qu’est-ce qu’on ne dit pas ! On lance des critiques ou des accusations, comme ça, à la légère, en pensant que si on s’est trompé ou si on est allé trop loin, ce n’est pas grave, il sera facile de réparer. Non, on ne connaît pas l’itinéraire d’une parole, les régions qu’elle traverse et les dégâts qu’elle peut faire si elle est violente ou mensongère. Et qu’on ne s’imagine pas qu’on peut réparer le tort causé par des paroles en s’excusant ou en payant quelques « dommages et intérêts » ! Devant les humains, peut-être, c’est réparé ; mais devant les lois cosmiques, rien n’est réparé, on est coupable.”[10]

“Lorsqu’un Initié médite dans le silence, il se recharge, accumule des forces et c’est pourquoi, quand il prend ensuite la parole, cette parole est pleine, vivante. Avant de pârler il faut se lier au Verbe divin qui est amour et puissance. L’origine de tout, la source de tout, la vrai puissance c’est le Verbe. C’est pourqoui la parole doit toujours venir après le Verbe. Il faut que l’Esprit sois toujours là, présent, vigilant. Ainsi vous comprendrez mieux les choses et vous les exprimerez mieux aussi. On sentira mieux ce que vous dites.”[11]

Le Logos, le Verbe créateur

“Ce n’est pas la parole qui a créé le monde, c’est le Verbe, c’est-à-dire la lumière. Le Verbe est le premier élément que Dieu a mis en action, et la parole est le moyen dont le Verbe se sert pour réaliser son travail de création. Lorsque la force primordiale est sortie de Dieu, elle était esprit; c’est en revenant vers Dieu qu’elle est devenue lumière. Le soleil noir envoie vidélina, l’esprit, au soleil lumineux, et le soleil lumineux renvoie la lumière visible, svétlina, au soleil obscur. C’est au retour que l’esprit se transforme en lumière. Quand Dieu fit le premier mouvement, son Esprit, le Verbe, est entré en action, et quand l’Esprit est retourné vers Dieu il était devenu lumière.”[12]

“Le mot logos a une riche tradition dans la pensée grecque.  Si logos peut être un terme très général, signifiant simplement "mot, compte, explication ou chose", le philosophe Héraclite (vers 535-475 avant J.-C.) l'utilisait dans le sens d'un principe ordonnateur de l'univers.  Ainsi, le logos est la logique divine qui donne un ordre à l'univers.  Héraclite semble l'avoir associé au feu et l'avoir relié à la raison chez les êtres humains.  Ce sens du logos a été le plus développé par les stoïciens, qui enseignaient que l'univers était imprégné du logos qui donnait l'ordre et la rationalité à toutes choses..... Il y avait un logos à l'intérieur de chaque personne (la raison humaine) [logoi] et un logos qui imprégnait l'univers (une rationalité qui gouverne l'univers).  Par extension, le logos à l'intérieur des êtres humains leur permettait de se mouvoir en harmonie avec le logos de l'univers.  En revanche, ceux qui étaient gouvernés par les passions et les émotions étaient considérés comme s'étant détournés du logos universel et comme étant devenus bestiaux dans leur comportement.  Ce concept a fourni la base du système éthique stoïcien”[13]

“Quand vous pensez, c’est déjà comme si vous parliez. Cette parole intérieure est réelle, puissante, magique, et c’est elle que l’on appelle le Verbe. Le Verbe, c’est la pensée qui ne s’est pas encore traduite physiquement par la parole, mais elle s’exprime déjà par des formes, des couleurs, des vibrations. Quand vous parlez intérieurement, avec toute votre âme et tout votre cœur, les plantes, les animaux, les oiseaux, les insectes comprennent votre langage, et les planètes, les étoiles, les anges, les archanges vous entendent aussi. Dans le monde invisible, les créatures ne se parlent pas avec les mots d’une langue, mais avec les couleurs, les formes, les mélodies qui émanent d’elles, et chacune sait immédiatement interpréter ce langage. Un jour viendra où les humains communiqueront entre eux grâce à leurs seules émanations, et ils se comprendront parce que le Verbe est un langage universel.”[14]

“En regardant le matin le soleil se lever, concentrez-vous sur lui et dites : « Comme le soleil se lève sur le monde, que le soleil spirituel de l’amour, de la sagesse, de la vérité, se lève dans mon cœur, dans mon âme et dans mon esprit. » Ces paroles prononcées favorisent la réalisation : de même que le soleil se lève dans la nature, le soleil spirituel se lèvera en vous. Pendant la période de la lune croissante, le soir, avant de vous endormir, dites : « Comme la lune se remplit, que mon cœur se remplisse d’amour, que mon intellect se remplisse de lumière, que ma volonté se remplisse de force, que mon corps physique se remplisse de santé et de vigueur. » Et au printemps, quand apparaissent les premières feuilles et les premières fleurs, dites : « Comme la nature s’épanouit, que tout mon être s’épanouisse et fleurisse, que toute l’humanité vive dans l’éternel printemps ! » Être attentif à la vie de la nature, s’associer à elle et prononcer de telles formules, c’est cela la véritable magie blanche. Et vous deviendrez des fils de Dieu, des filles de Dieu, car sans cesse par la parole créatrice, la parole qui a créé le monde, vous créerez partout un monde nouveau. ”[15]

Le Verbe - science des correspondances entre les lettres et les forces

Il n’existe pas de plus haute science que la science du Verbe qui traite des vingt-deux éléments, des vingt-deux forces représentées par les vingt-deux lettres de l’alphabet hébraïque. C’est avec elles, comme il est dit dans la Kabbale, que Dieu a créé le monde. Apprendre la science du Verbe, c’est apprendre comment combiner dans les trois mondes les vingt-deux éléments qui le composent, afin qu’ils produisent l’harmonie dans nos pensées, nos sentiments et nos actes. Quand le désordre apparaît intérieurement, c’est que les « mots » sont mal placés, mal combinés. Très peu d’êtres possèdent cette science du Verbe, c’est-à-dire la science des correspondances qui existent entre les lettres et les forces. Ceux qui la possèdent et qui savent manier ces lettres peuvent établir un véritable lien entre la terre et le Ciel.”[16]

AOUM: utilisation de ce mantra

“La syllabe ‘Om’ correspond à ce que, dans la tradition occidentale, nous appelons le Logos, le Verbe créateur. Dans la tradition hindoue, elle représente le son originel et elle est associée à Kalahamsa, cet oiseau mythique qui a pondu l’œuf primordial d’où est sorti l’univers. « Om » est une syllabe aux vibrations très puissantes dont les hindous ont fait un mantra. Ils la répètent inlassablement dans leurs méditations. Vous pouvez, vous aussi, prononcer ce mantra soit à voix haute, soit mentalement : vous vous concentrez sur ce mot sans penser à rien d’autre et vous répétez : Om, Om, Om… Vous pouvez aussi l’associer à un exercice de respiration : vous inspirez par le nez en prononçant mentalement quatre fois Om, puis vous expirez par la bouche très lentement en répétant encore quatre fois Om. À la fin de cet exercice, vous vous sentez apaisé et rechargé d’énergies. La syllabe Om peut se développer en A-ou-m et c’est sous cette forme que nous la chantons. Celui qui est conscient du pouvoir des sons, arrive peu à peu à sentir que ce chant inscrit dans son âme des formes parfaites. ”[17]

Le Verbe de Dieu – Le Verbe divin

“Le disciple doit avoir pour idéal de se rapprocher de plus en plus du Verbe de Dieu. La première règle pour y parvenir, c’est de décider de ne plus médire, de ne plus calomnier, mais de maîtriser sa langue en se disant : « Si je me laisse aller, je ne posséderai jamais la véritable puissance du Verbe. Alors, il faut que je fasse attention. » Pendant une journée, qu’est-ce qu’on ne dit pas ! On lance des paroles, comme ça, à la légère, en pensant que si on s’est trompé ou si on est allé trop loin, il suffira de quelques mots pour réparer. Non, on ne connaît pas l’itinéraire d’une parole, les régions qu’elle traverse, les dégâts qu’elle y fait. Et même si on essaie de réparer ces dégâts, c’est très difficile, car entre-temps, d’autres couches se sont déposées, et il est difficile de les traverser pour toucher l’endroit où le mal a été fait. Qu’on ne s’imagine pas qu’il suffit de réparer le tort causé par des paroles en s’excusant ou en payant des « dommages et intérêts ». Devant les humains, peut-être, c’est réparé ; mais devant les lois astrales, devant les lois cosmiques, ce n’est pas réparé.”[18]

“La vraie poésie, c’est le Verbe divin, avec tous ses éléments merveilleusement liés entre eux par des correspondances secrètes. La vraie poésie éveille en l’homme le souvenir de sa patrie céleste, elle fait vibrer en lui les cordes les plus spirituelles, elle lui donne un élan pour créer la nouvelle vie. C’est pourquoi, si un poème ne fait pas naître en vous cette sorte d’émotion, s’il vous procure seulement quelques petites sensations vagues, vous pouvez être sûrs que ce n’est pas de la vraie poésie. La poésie doit être fondée sur un savoir supérieur, sur une connaissance divine, sinon elle est inutile et même nocive.

Moi, j’aime la poésie, et je la place même au-dessus de la musique, la peinture, la sculpture, etc. La poésie, c’est le Verbe, et le Verbe est à la fois musique, couleur, forme, parfum. Bien sûr, la musique est très puissante, elle produit un effet immédiat sur les auditeurs, mais son langage n’est pas aussi clair et éducatif que celui de la poésie. La clarté du Verbe vient de la présence des mots : à travers les mots, non seulement on voit des formes, des couleurs, des dimensions, mais on entend une mélodie, un rythme, une intonation. Et surtout on perçoit un sens. ”[19]

«L’idéal du spiritualiste est de se rapprocher de plus en plus du Verbe de Dieu. Pour cela il doit apprendre à purifier son propre verbe, à l’harmoniser, le renforcer. Évidemment, c’est toute une discipline qui exige qu’il devienne conscient, maître de lui-même et de toutes ses manifestations. Ce n’est qu’à cette condition qu’il parviendra à rendre son verbe efficace, constructif, divin.»[20]

“Le Christ, le Verbe divin a dit : « Je suis Aleph et Tav ». Tav dépend d’ Aleph. La fin dépend du commencement. Le commencement, c’est le ciel, le monde divin, et c’est en commençant par le ciel que nous devons progressivement descendre vers la terre pour agir sur elle.”[21]

Le Verbe divin - la séphira Hohmah

“Les plantes, les animaux ont tous, à leur façon, un langage. Mais seul parmi les êtres vivants, l’homme possède la parole. C’est grâce à la parole qu’ont fleuri les cultures et les civilisations, et c’est grâce à elle aussi que l’homme peut devenir tout-puissant. La véritable magie, la magie divine, c’est la parole lumineuse, harmonieuse, musicale, la parole qui vient de Dieu, le Christ, le Verbe. Dans l’Arbre séphirotique, le Verbe est représenté par la séphira Hohmah, la Sagesse, première émanation de la séphira Kéther, la Couronne. Hohmah contient tous les éléments, les lettres et les nombres dont Dieu s’est servi pour créer l’univers. Le Christ est le Verbe de Dieu, il est la clé universelle qui ouvre les portes de la vie. Celui qui apprend à travailler sur sa parole afin de la rendre puissante, vivante, harmonieuse, entrera un jour en possession de cette clé. Grâce à elle il pourra faire des merveilles, sur lui-même d’abord, puis sur les autres et sur la nature entière. Tel est le devenir extraordinaire qui attend l’être humain : pouvoir par son verbe agir sur toute la création.”[22]

Christ, le Verbe divin

Hohmah est la région de la lumière qui est la première émanation de Dieu. Au commencement du monde Dieu a dit: "Que la Lumière soit !" . La première créature, l'origine, le commencement de tout, c'est la lumière. La lumière c'est le Christ, et le christ c'est le soleil. Pourquoi l'esprit du Christ est-il placé dans le soleil, donc dans la séphira Tiphéreth? En réalité il s'agit du même esprit sous deux aspects différents; l'esprit du Christ est identique à l'esprit solaire. Mais évidemment, lorsque je dis le Christ, il ne s'agit pas ici de Jésus. Jésus est un personnage historique qui a vécu en Palestine, qui avait une mission sur la terre. L'esprit du Christ existe depuis l'origine de la création. C'est lui le Verbe par qui tout a été fait. Mais là encore, quand je parle de "l'esprit du Soleil" il faut me comprendre. Je ne parle pas du soleil physique, astronomique, mais de ce monde spirituel où vivent des êtres qui ont toute une culture et une civilisation. L'esprit du soleil est l'archange Mickhaël. Christ, l'Archange Mickhaël sont des représentations différentes du même Principe, le Deuxième Principe de la Sainte Trinité. L'entité solaire que l'on appelle Mickhaël, est liée au Christ, au Verbe, parce que l'esprit du Christ, c'est l'esprit du soleil. Et Melkhitsédek aussi, que Jean décrit entouré de sept chandeliers d'or et tenant à la main sept étoiles, et une épée sortant de sa bouche, est aussi une expression de la lumière, du Verbe. Les noms sont différents, mais le Principe est toujours le même.”[23]

La bouche a deux fonctions essentielles : la nutrition et la parole. La nourriture entre dans notre bouche et la parole en sort. Mais n’y a-t-il pas une relation entre la nourriture et la parole ? Si, et cette relation est particulièrement claire dans la figure du Christ. Le Christ, c’est le Fils, la deuxième personne de la Trinité, le Verbe créateur proféré par le Père. Et il se manifeste également comme nourriture, lorsque Jésus dit : « Je suis le pain vivant descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. » Ou encore, au moment de la Cène, quand il donne le pain et le vin à ses disciples en disant : « Prenez, mangez, ceci est mon corps… Buvez, ceci est mon sang. » On peut même trouver dans les Évangiles un passage où le pain est clairement identifié à la parole. Quand, après avoir jeûné quarante jours dans le désert, Jésus eut faim, le diable vint le tenter en lui suggérant de transformer des pierres en pain. Mais Jésus le repoussa en disant : « L’homme ne vivra pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » Dans le plan spirituel, le Christ est le Verbe de Dieu, il est lié à Dieu comme la parole est liée à celui qui la prononce ; et dans le plan physique, il est le pain.”[24]

Le Verbe magique

“Vous connaissez tous ces récits merveilleux où il suffit qu’un mage, une magicienne prononce quelques mots pour qu’apparaissent un château, des tables couvertes des mets les plus délicieux, un grand oiseau pour voyager dans l’espace… Ces récits ne sont pas de pures inventions, ils ont un sens : ils ne font que rappeler l’époque lointaine où l’homme était en possession du verbe magique. Mais peu à peu, en s’enfonçant dans la matière, il a perdu son pouvoir sur elle, il n’a plus été capable de la dominer. Chaque jour il doit s’affronter à la matière pour la façonner, en tirer sa subsistance, y trouver un abri, fabriquer les objets qui lui sont nécessaires, et elle ne cesse de lui opposer une résistance. En réalité, le pouvoir du verbe n’a pas été définitivement retiré à l’homme, et il est capable de le retrouver, à condition d’entreprendre un grand travail de transformation intérieure. On peut définir le verbe comme la synthèse de toutes les expressions de la vie psychique. Ce travail de transformation commence donc par la maîtrise des pensées, des sentiments et des désirs.”[25]

Le Verbe magique - seul le possède celui qui cultive le respect envers tout ce qui existe

En tant que créatures humaines, nous sommes liés à tout ce qui, comme nous, a été créé dans l’univers. Chacun de nous a des liens invisibles, éthériques, avec toute la création, depuis les pierres jusqu’aux hiérarchies angéliques. Même si nous n’en sommes pas conscients, tout notre être est sans arrêt en liaison avec le cosmos entier, et c’est là le fondement de la magie. Bien sûr, le mot « magie » évoque immédiatement des formules, des rituels étranges et compliqués. Mais moi je vous dirai que le secret de la magie est dans l’attitude. Si vous trouvez toujours une bonne attitude, vous possédez le verbe magique grâce auquel vous entrez en communication non seulement avec les humains, les animaux, les plantes, les pierres, les objets, mais aussi avec les astres et les entités invisibles. Cette attitude, chacun de vous doit la trouver pour lui-même. Et il la trouvera en apprenant à cultiver le respect envers tout ce qui existe.”[26]

“Vous êtes habitué à des professeurs, des chercheurs, des conférenciers dont n'importe qui peut voir et comprendre les activités. L'activité d'un Maître spirituel, au contraire, échappe à la compréhension ordinaire, car elle s'exerce avant tout dans les plans subtils. Même s'il fait lui aussi des conférences ou reçoit des personnes pour les réconforter, les éclairer, en réalité c'est dans le monde invisible qu'un Maître spirituel agit véritablement avec son âme, son esprit, son verbe. Tout son être se projette dans l'espace comme s'il se pulvérisait en des milliards de particules, et chacune de ces particules entre comme un élément de lumière et de paix chez les humains et dans la nature entière pour participer à la construction de la nouvelle vie.”[27]

“Un mage véritable sait comment faire jaillir de lui la lumière. Non seulement cette lumière, son aura, l’entoure et le protège, mais elle lui fournit la matière de son travail. C’est grâce à cette matière subtile qu’il peut créer et manifester sa puissance. Il n’est même pas nécessaire qu’il prononce des paroles, il suffit qu’il projette sa pensée, et c’est déjà comme s’il parlait. Cette parole intérieure qui est réelle, puissante, magique, c’est elle aussi qu’on appelle le verbe. Le verbe est une pensée qui ne s’est pas encore traduite par des mots, mais elle s’exprime déjà dans l’invisible par des formes, des couleurs, des sons. Les pierres, les plantes, les animaux, les humains comprennent ce langage ; et les planètes, les étoiles, les anges, les archanges eux aussi le comprennent. Dans le monde invisible, les créatures ne se parlent pas avec les mots d’une langue, mais avec des couleurs, des formes, des mélodies qui émanent d’elles, et chacune sait immédiatement interpréter ce langage.”[28]

Le langage de la nature

“Savoir interpréter le langage des fleurs, des arbres, des oiseaux, etc., est un don que peu de personnes possèdent. Mais chacun de vous peut leur parler, et parler aussi aux rochers, aux lacs, aux rivières, aux montagnes. Ce que vous créez dans le monde subtil non seulement par vos paroles, mais par vos pensées, vos sentiments, vos désirs, vos gestes, est un langage, et même l’unique langage réel ; c’est lui qui s’inscrit, qui se grave dans les archives de l’univers, et un jour, évidemment, il produit des résultats. Vous devez donc toujours « parler », toujours créer, en vous préoccupant seulement que ce soit pour le bien ; à ce moment-là toute la nature est obligée de faire son travail de réalisation, de concrétisation. Car la nature se soumet au Verbe divin.”[29]

Aleph,  l’homme parfait, Initiation

“La vérité doit embrasser la totalité des êtres et des choses. La vérité, c'est l'unité. C'est dans l'unité que tout est inclus, tout est compris, tout est résolu. Celui qui pénètre les mystères du nombre 1 ,ou de la lettre Aleph, comprend tous les autres nombres, toutes les autres lettres, c'est-à-dire toutes les autres puissances de l'univers. Parce que le Verbe – nombres et lettres - est une substance ininterrompue; en lui rien n'est séparé, ni morcelé, tout est lié, chaque élément fait partie d'une unité grandiose. Voilà pourquoi celui qui veut vraiment avancer sur le chemin de l'Initiation doit se concentrer sur l'unité.”[30] “Saint Jean a révélé les mystères du Verbe qui donne le pouvoir d’agir sur la nature. (…) Vous vous souvenez des promesses qui, dans les premiers chapitres de l’Apocalypse, sont faites dans les Lettres aux Eglises: ‘A celui qui vaincra, je donnerai de la manne cachée et je lui donnerai un caillou blanc. Et sur ce caillou est écrit un nom nouveau que personne ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit … A celui qui vaincra, je donnerai à manger de l’arbre de Vie aui est dans le Paradis de Dieux. Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône …’ Toutes ces promesses sont une Initiation aux mystères du Verbe.”[31]

Bibliographie

  • O.M. Aïvanhov, Au commencement était le Verbe, Brochure 157, Prosveta.
  • O.M. Aïvanhov, Verbe divin et parole humaine, Brochure 320, Prosveta.
  • O.M. Aïvanhov, La lumière, esprit vivant, Izvor 212, Prosveta.
  • O.M. Aïvanhov, Création artistique & Création spirituelle, Izvor 223, Prosveta.
  • O.M. Aïvanhov, La voie du silence, Izvor 229, Prosveta.
  • O.M. Aïvanhov, En esprit et en vérité, Izvor 235, Prosveta.
  • O.M. Aïvanhov, De l’homme à Dieux, Izvor 236, Prosveta.
  • O.M. Aïvanhov, Les fruits de l'Arbre de Vie, Oeuvres Complètes XXXII, Prosveta.
  • O.M. Aïvanhov, Au commencement était le Verbe,Oeuvres Complètes IX, Prosveta.
  • O.M. Aïvanhov, Cherchez le Royaume de Dieu et sa Justice, Synopsis II, Prosveta.
  • O.M. Aïvanhov, La Bible, miroir de la création, Prosveta.

Multimedia

Articles relatés

Nota’s

  1. O.M. Aïvanhov, Verbe divin et parole humaine, Brochure 320, p.29, Prosveta.
  2. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 5 septembre 2007, Prosveta.
  3. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 19 février 2008, Prosveta.
  4. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 4 octobre 2011, Prosveta.
  5. O.M. Aïvanhov, De l’homme à Dieux, Izvor 236, Prosveta.
  6. O.M. Aïvanhov, De l’homme à Dieux, Izvor 236, Prosveta.
  7. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 29 décembre 2016, Prosveta.
  8. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 8 januari 2005, Prosveta.
  9. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 17 février 2010, Prosveta.
  10. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 16 juin 2015, Prosveta.
  11. O.M. Aïvanhov, De weg van de stilte, Izvor 229, Prosveta.
  12. O.M. Aïvanhov, La lumière, esprit vivant, Izvor 212, Prosveta.
  13. Archaeological Study Bible, Ed. Walter Kaiser. Zondervan, 2005, p. 1721.
  14. O.M. Aïvanhov, P. Deunov,  Commentaires des chants (Fraternité Blanche Universelle).
  15. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 16 août 2012, Prosveta.
  16. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 3 février 2021, Prosveta.
  17. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 15 juin 2017, Prosveta.
  18. O.M. Aïvanhov, Verbe divin et parole humaine, Brochure 320, Prosveta.
  19. O.M. Aïvanhov, Création artistique & Création spirituelle, Izvor 223, Prosveta.
  20. O.M. Aïvanhov, Verbe divin et parole humaine, Brochure 320, Prosveta.
  21. O.M. Aïvanhov, Cherchez le Royaume de Dieu et sa Justice, Synopsis II, Prosveta.
  22. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 22 juillet 2014, Prosveta.
  23. O.M. Aïvanhov, Les fruits de l'Arbre de Vie, Oeuvres Complètes XXXII, Prosveta.
  24. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 14 novembre 2011, Prosveta.
  25. O.M. Aïvanhov, La Bible, miroir de la création, Prosveta.
  26. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 8 décembre 2016, Prosveta.
  27. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 9 août 2001, Prosveta.
  28. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 17 août 2019, Prosveta.
  29. O.M. Aïvanhov, Pensées quotidiennes 28 décembre 2006, Prosveta.
  30. O.M. Aïvanhov, En esprit et en vérité, Izvor 235, Prosveta.
  31. O.M. Aïvanhov, Verbe divin et parole humaine, Brochure 320, p.19, Prosveta.

Avis au lecteur : la rédaction de cet article, provisoire et non limitatif, est seulement un point de départ, puisque le sujet a été examiné plus en détail par Omraam Mikhaël Aïvanhov dans ses diverses conférences données entre 1938 et 1985. En lisant ou en écoutant directement ces conférences, publiées par les éditions Prosveta, propriétaire exclusif des droits de son travail, le chercheur y trouvera encore d’autres aspects intéressants et importants. Par conséquent, cet article n’exprime pas de manière complète et exhaustive la pensée d'Aïvanhov sur ce sujet.


OmraamWiki est un projet international réalisé avec la contribution des fonds de recherche scientifique de l'Université pour les étrangers de Pérouse (Département des Sciences Humaines et Sociales)[[de:Wort – Logos[[en:Word - Logos][[fr:Verbe]